Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SONY NEX-5N (numérique)

Publié le par Ruch

Du numérique à l'argentique puis retour au tout numérique ! "Touché par la grâce" en 2010, ou plutôt par la nostalgie du négatif, du développement photo, je décide de me replonger dans l'argentique, abandonné seulement en 2003. Au total je collectionnerais plus de 30 boitiers anciens, une foule d'objectifs et, dans la foulée, monte un petit labo encouragé par une foule d'inconditionnels des anciennes techniques. Mais, par manque de temps, par coût de consommables toujours plus élevé, par besoin d'avoir des images très rapidement, j'ai plus ou moins abandonné à nouveau l'argentique. Les optiques argentiques ont toujours été de très bonne qualité alors quoi en faire ? Lors d'un récent voyage j'ai eu l'occasion de découvrir un mignon boitier numérique à objectifs interchangeables, le SONY NEX-5N (sorti en 2011) acceptant, en plus des optiques AF Sony, des objectifs argentiques via des bagues d'adaptation:

Quelques caractéristiques:

Capteur/taille: CMOS Exmor  - Format APS-C 23,5 x 15,6 mm de 16 Mpx
Optique standard: 3.5-5.6/18-55
Sensibilité: 100 à 25600 ISO
Obturateur: 30 s à 1/4 000 s + pose B
Format fichier: Jpeg, RAW, RAW + Jpeg
Fonctions spéciales: HDR, panorama par balayage 2D et 3D, DRO
Monture: Sony E (compatible Alpha, Konica et Konica Minolta via adaptateur, en AF manuel)
Connectique: USB 2.0 + mini HDMI

Voici les 9 optiques argentiques pouvant se monter sur le SONY NEX-5N via 2 bagues (Canon FD, M42 et Minolta MD)

MONTURE CANON FD

canon FD 2,8/28
canon FD 1,8/50
FD Tokina 28-70 3,5-4,5
FD Vivitar 70-210 1/3,5
FD Auto universar 200 1/3,5

MONTURE M42

Fujinon 1,8/55
Makinon 3,8/75-150
Hélios 2/50

MONTURE MD/MC

Minolta MD 1.7/50

     
TABLEAU D'EQUIVALENCE OPTIQUES     
ARGENTIQUES / NUMERIQUES    
     
    APS-C
  24 x 36mm 23,5 x 15,6mm
  diag.43,3mm diag.28,2mm
    coeff.: 1,5
CANON FD    
canon FD 2,8/28 28 18,7
canon FD 1,8/50 50 33,3
FD Tokina 28-70 3,5-4,5 28 18,7
  70 46,7
FD Vivitar 70-210 1/3,5 70 46,7
  210 140,0
FD Auto universar 200 1/3,5 200 133,3
     
M42    
Fujinon 1,8/55 55 36,7
Makinon 3,8/75-150 75 50,0
  150 100,0
Hélios 2/50 50 33,3
     
MINOLTA MD/MC    
Minolta MD 1.7/50 50 33,3
     
SONY NEX-5N (numérique)

Voici les albums des optiques argentiques déjà testées sur le SONY NEX-5N

Voir les commentaires

MAMIYA RB67

Publié le par Ruch

MAMIYA RB67

Le Mamiya RB67 (1978) boitier mythique au format 6×7 (4.5x6 ou polaroid) sur film 120 (10 vues) ou 220 (20 vues) n’a pas encore été testé à fond. Il a été très utilisé dans les années 70 en studio et pour les mariages.

C'est un système photographique complet comportant une gamme de  8 optiques à montage par baïonnette, allant du semi fish-eye de 37 mm jusqu'au 360 mm, et à obturateurs centraux mécaniques offrant  pose B et T et vitesses de la seconde au 1/400ème.

L'utilisation d'un déclencheur est bien sûr possible et le miroir peut être relevé au préalable afin d'éviter les bougés dus aux vibrations.
La mise au point se fait par soufflet et crémaillère. Le tirage peut s'allonger de 46 mm.

Ce boîtier pouvait recevoir une foule d'accessoires qui le destinaient à la photo industrielle et scientifique : des viseurs loupe  et prismes comportant ou non une cellule CDS, plusieurs types de dos et magasins, des bagues allonges, etc...

La possibilité d'utiliser ce moyen format rectangulaire  horizontalement ou verticalement par simple rotation 1/4 de tour du dos le rend  aussi encombrant qu'un appareil 7x7 cm ! et sa place est plutôt en studio ou sur un pied. Pourtant, utilisé à main levée en reportage industriel, il produisait des images permettant des agrandissements de très grandes dimensions.

Successeur du RB 67 apparu en 1970,  il en diffère principalement par ses dos magasins qui évitent les surimpressions involontaires.
Malgré tout, entre chaque vue, le réarmement et l'avancement du film ne sont pas synchronisés et nécessitent deux actions distinctes : 
réarmement - réouverture de l'obturateur synchronisé à l'abaissement du miroir avec le levier placé sur la droite du boîtier et, dans un deuxième temps, avancement du film jusqu'à la vue suivante à l'aide du levier situé sur le magasin.
La cellule du prisme CDS fait la mesure TTL mais non automatique : après avoir affiché la sensibilité et  l'ouverture nominale de l'objectif, il faut tourner la couronne de réglage jusqu'à faire coïncider une aiguille avec un index.
Ensuite on peut lire le couple diaphragme / vitesse et régler les valeurs de l'objectif en conséquence.
Même si elle est un peu rustique cette mesure est bien plus précise que celle d'une cellule indépendante.
Les quelques photos présentées ont été faites sur Film 120 Kodak Tri X 400 Asa et Illford HP5 400 Asa développés à l’ultrafin de tetenal.

Voir le mode d'emploi ci-dessous

Mode d'emploi Mamiya RB67_1

Mode d'emploi Mamiya RB67_2

« Le temps court et s'écoule et notre mort seule arrive à le rattraper. La photographie est un couperet qui dans l'éternité saisit l'instant qui l'a éblouie. »

Henri Cartier-Bresson

h

MAMIYA RB67MAMIYA RB67

J'ai utilisé ce boitier dans les années 80 dans un cadre professionnel

Celui-ci est arrivé dans la collection pour deux simples raisons: son dos interchangeable et par nostalgie ! Pouvoir changer, à la volée (ou presque) de type de film est une possibilité extrêmement intéressante. Le format 6×7 est un format un peu déroutant au début,mais l’habitude vient vite d’autant plus qu’il est facile de pivoter du mode paysage en mode portrait. Le barda, appareil, dos, objectifs m’emmènent direct à 5 kgs, sans le pied obligatoire, pas l’idéal pour aller photographier les champignons! Si vous n’avez jamais côtoyé la bête, juste un petit mot: le RB 67 est un appareil reflex mono-objectif, datant de 1978, qui est constitué : - d’un boitier contenant le système de miroir et la visée, - de différents modèles d’objectifs possédant leur propre obturateur (classique Sekor), avec synchronisation flash à toutes les vitesses. - de différents modèles de dos et de platines adaptées, interchangeables et pivotants.

Il se nourrit de film type 120, 220 et avec le dos qui va bien, de polaroid. Pour effectuer un changement de film, rien de plus simple, on glisse le volet d’obturation du dos en cours et on change de magasin. Rapide et efficace,pour passer du noir et blanc à la couleur ou pour changer de sensibilité de film. La rotation se fait simplement,il suffit de déverrouiller la platine et la faire tourner d’un quart de tour. Par rapport au 330, plus de problème de parallaxe, nous sommes en présence d’un « vrai » reflex, par contre il faut « réarmer » en deux temps, une fois pour l’obturateur et le miroir et une fois pour l’avancement du film.

Equipé de Sekor 4.5/140 macro C et Sekor 4.5/65 d'un viseur poitrine et d'un viseur prisme, l'obturateur va de 1s au 1/400, B

 

Présentation du RB67

Voir les commentaires

Ma collection (décembre 2017)

Publié le par Ruch

On est en 2017 - il me reste 27 boîtiers de collection dans mon armoire - la plupart en état de marche. Des boitiers mythiques qui ont fait la gloire des années argentiques. Dur de s'en séparer ! Malheureusement la passion s'est estompée, les films, produits de développement sont devenus très chers et entre-temps le numérique a fait du chemin. Ma seule consolation est de pouvoir utiliser quelques optiques de l'ère argentique sur des boitiers numériques (Nikon - Canon - Sony)

Trouvez les 2 boîtiers intrus dans cette armoire ?

 

Voir les commentaires

Kiev 88CM

Publié le par Ruch

Le Kiev 88CM avec viseur prisme et viseur de poitrine
Le Kiev 88CM avec viseur prisme et viseur de poitrine

Le Kiev 88CM avec viseur prisme et viseur de poitrine

Le Kiev 88CM (2002) est un appareil photographique moyen format produit par Arsenal à Kiev, en Ukraine. Son coût de production étant très bas, il est généralement considéré comme une alternative à très bas prix à d'autres systèmes moyen-formats bien plus coûteux, particulièrement la série 500 de Hasselblad.

Il permet de produire des images 6x6cm ou 6x4,5cm (selon le dos choisi) sur du film en rouleau de type 120. Son obturateur à rideaux et le relevage de son miroir à la prise de vue, tous deux de grande taille, provoquent d'importantes vibrations en plus d'un bruit peu discret. Objectif Arsat C de 2.8/80 - Obturateur de la 1/2s au 1/500 + B.

Film type 120 - format: 6x6

 

Voir les commentaires

Mamiya C 330

Publié le par Ruch

le Mamiya C 330 avec son 2.8/80

le Mamiya C 330 avec son 2.8/80

Réflex bi-objectif (1972) très populaire pour la photographie de portait ou de mariage.

Produit de 1969 à 1974, le Mamiya C330 appartient à une très longue lignée d'appareils 6x6 bi-objectifs qui a connu un vif succès auprès des amateurs et professionnels. Doté d'objectifs interchangeables de 55 à 250 mm, il accepte en outre une vaste gamme d'accessoires : viseurs avec ou sans cellule, poignées... Celui présenté ci-contre est équipé d'un objectif Sekor 2.8/ 80 mm et du viseur-capuchon fourni en standard, dépourvu de cellule. Si le format carré est un peu déroutant au début, il devient difficile de s'en passer lorsqu'on y a pris goût. Obturateur 1s au 1/500 + B

 

 

manuel en anglais

Voir les commentaires

PETRI 7S

Publié le par Ruch

PETRI 7S

Le modèle 7S est l’évolution du « 7 ». Le levier d’armement quitte le capot pour s’intégrer à l’arrière et la lecture de la cellule se fait aussi sur le capot

Viseur avec cadre pour 45mm  et image télémétrique jaune, de belle taille et rectangulaire.
Image 24x36 sur film 135
Obturateur central siglé «  PETRI MVE » à 10 vitesses : 1  à 1/500ème de seconde  +  Pose B..
Objectif fixe PETRI 1 : 2,8 / 45 mm. Ouverture minimale à f/16. Objectif traité comme l’inscription « color corrected super» l’indique.
Cellule au sélénium « Circle Eye » avec lecture par aiguille sur le capot et à droite du viseur.
Nouvel armement par levier
Pas de rappel du film utilisé
Retardateur mécanique
Manivelle de rembobinage
Griffe porte-accessoires.
Synchro sélective M et X sur l’obturateur
Compteur de vues mécanique, visible par une petite fenêtre à droite du capot.

Vitesses: 1s - 1/500è s pose B

Voir les commentaires

VOIGTLÄNDER VITO

Publié le par Ruch

VOIGTLÄNDER VITO

Voigtländer Vito est un "folding" à film de 35 mm, fabriquée pour le film non perforé 135 par Voigtländer & Sohn AG, Braunschweig, Allemagne produit en 1939/40 et 1947-50.

Vito a été le premier appareil photo 35 mm de la marque Voigtländer. Le premier, Vito au début, fut produit en petit nombre en 1939/40 (certaines sources disent que c'était en 1940), jusqu'à ce que la guerre perturbe la production.

Vito a été conçu à l'origine pour un nouveau film en rouleau de 35 mm non perforé (film 828) de Kodak afin d'obtenir des cadres photo 30x40 mm, il n'y a donc pas de roues dentées. Peu avant le début de la production, la production de ce type de film s'est arrêtée en raison du début de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, l'appareil photo équipé d'un arbre palpeur pour le transport de films, mais équipé d'une ouverture d'image 24x36mm, puis commercialisé.

Le filtre à charnière est une caractéristique des premiers modèles de Vito. Dans les modèles ultérieurs, le filtre est antidérapant. Les modèles ultérieurs n'ont pas de roues dentées également.

Après la seconde guerre mondiale, la production du Vito I reprend et se réalise entre 1947 et 1950. Puis en 1951 Vito remplacé par Vito II, Vito IIa et Vito III. Ces Vito ont été produits jusqu'en 1957. Puis le nom Vito de Voigtlander a continué en tant que gamme de viseurs et de télémètres longue durée.

Vitesses: 1s - 1/300è s

Voir les commentaires

CANON EOS 50E

Publié le par Ruch

CANON EOS 50E

L'EOS 50E ne diffère de l'EOS 50 que par son pilotage de la mise au point.
Après une phase d'apprentissage où vous lui apprenez à reconnaitre votre pupille (il est possible de mémoriser le profil de plusieurs utilisateurs), il vous obéit au doigt et à l'oeil et fait la mise au point ... là où vous regardez. Ce système existait sur l'Eos 5. Lui avait cinq capteurs répartis dans le viseur, aptes à capter votre regard. L'Eos 50e n'en a que trois, plus un quatrième pour le testeur de profondeur de champ. Cela fonctionne aussi bien en horizontal qu'en vertical.
Quel que soit le mode d'autofocus sélectionné, cela s'avère très efficace.

Le gros barillet (caché par le prisme sur la photo) permet de choisir le mode d'autofocus : One shot (vue par vue), AI Focus (en continu), AI Servo (auto-adaptable). Ce qui fait penser à une manivelle de rembobinage est le sélecteur de mode d'exposition : P (programme), Tv (priorité vitesse), Av (priorité ouverture), M (manuel), DEP (profondeur de champ), 4 modes résultats, rectangle vert. Il s'y trouve également une position CF qui permet, via l'ACL de personnaliser onze fonctions. La position CAL permet de sélectionner le profil mémorisé d'un utilisateur pour la reconnaissance de l'oeil.
Une rondelle coaxiale à ce sélecteur permet d'indiquer le mode d'évaluation de la lumière.

Vitesses: 30s - 1/4000è s

Voir les commentaires

CANON EOS 300

Publié le par Ruch

CANON EOS 300

Bien qu'il soit classé dans la catégorie "grand public", l'Eos 300 possède néanmoins les caractéristiques principales des "plus grands".

Il peut être utilisé aussi bien par le débutant, avec ses modes auto et prédéfinis (portrait, paysage, gros plan, sports, nuit), que par les plus expérimentés, avec les modes programme, priorité ouverture et vitesse, manuelle, et mode zone de netteté automatique (mode A-DEP : le photographe définit sur l'appareil une zone de netteté à respecter entre deux points distants et l'appareil fait le nécessaire pour que tout soit net entre ces deux points).

Correction et mémorisation d'exposition, double (ou plus) exposition, bracketting (série de 3 photos prises avec des valeurs d'exposition différentes) sont aussi possibles.

La mise au point, avec 7 collimateurs dans le viseur, peut se faire de 3 façons : en manuel (réglage M sur l'objectif), en mode "un point" (le déclenchement n'est possible que si l'appareil a fait correctement la mise au point) et, enfin, le mode AI-Servo (suivi d'un sujet qui se déplace, avec, si nécessaire, modification automatique de la mise au point).

Un flash interne et le retardateur complètent la fiche technique de cet intéressant boîtier, que l'on peut alimenter par un "grip" BP 200 (4 piles AA au lieu des 2 CR2 internes); boîtier compatible avec les flashs EX en E-TTL (meilleure gestion du flash par l'appareil).

Vitesses: 30s - 1/2000è pose B

Voir les commentaires

MINOLTA DYNAX 7000i

Publié le par Ruch

MINOLTA DYNAX 7000i

En 1988, Minolta a lancé la deuxième série de boîtiers d'appareils photo reflex avec le support Minolta AF. Le Dynax 7000i (Maxxum 7000i aux Etats-Unis, α-7700i au Japon), le premier de la série, a une carrosserie moins ciselée que son prédécesseur le Minolta 7000. Le concepteur de la forme de cet appareil était l'Allemand Hans Muth. Un élément de conception remarquable est une pente sur la poignée ergonomique qui porte l'écran LCD de l'appareil photo. La caméra dispose d'un autofocus amélioré avec deux capteurs AF horizontaux et un capteur AF vertical qui, ensemble, peuvent passer de la mise au point prédictive statique à continue ou continue. L'autofocus peut être pris en charge par une lampe led intégrée. La mesure n'est pas centrée mais centrée sur la zone de l'image où l'un des capteurs AF repère le sujet. EV 0-21 peut être mesuré par le système d'exposition, qui utilise une photodiode à six zones et une photodiode supplémentaire pour la mesure du flash, à la fois pour la mesure TTL. L'appareil photo dispose d'un obturateur à plan focal rapide et la synchronisation du flash de 1/20 à 1/125 secondes. La correction de l'exposition de ± 4 stop peut être réglée. L'appareil photo offre un choix de programmes et de modes: programme d'exposition automatique, mode de priorité à l'obturation, mode de priorité à l'ouverture, mode manuel et «changement de programme». D'autres programmes sont disponibles sous forme de cartes à puce.

La caméra a été la première à utiliser le sabot flash système propriétaire de Minolta, qui a ensuite été repris par Sony pour les reflex numériques du système α et les «SLT». Au Japon, le système α a commencé avec l'α-7700i; mais en Europe, il était connu comme la série Dynax et aux États-Unis comme la série Maxxum. Dans les deux régions, la monture d'objectif était juste appelée monture AF Minolta ou baïonnette AF; mais il serait également correct de l'appeler α mount.

Vitesses: 30s - 1/4000è s pose B

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>